Catégories
Savoir et islam

La noble naissance de notre bien-aimé Prophète Muhammad (ﷺ)

Par: Madania.org

La source: Haq Islam

Le mois de Rabi’-Ul-Awwal est considéré comme l’un des mois les plus spéciaux et les plus importants, car l’humanité a été bénie par la naissance de notre bien-aimé Prophète Muhammad (ﷺ). Concernant cet événement spécial, Allah le Très-Haut a déclaré dans le Saint Coran "Nous l'avons envoyé (Muhammad a vu) comme une source de miséricorde pour les A'alimeen (humains, djinns et tout ce qui existe)", (Sourate 21.Al- Anbiya: verset 107).

Le Prophète Muhammad (ﷺ), le maître des prophètes est né dans la ville sainte de La Mecque le lundi matin, 8, 9, 10, 11 ou 12 de Rabi’-Ul-Awwal selon différents rapports. Ibn Sa’d rapporte que la mère du prophète Muhammad (ﷺ), Aamina, a déclaré à propos de la naissance de son fils "Quand il (ﷺ) est né, il y avait une lumière qui sortait de mon pudendum et éclairait les palais de Syrie." (Mukhtasar Seerat-ul-Rasool)

Comme mentionné ci-dessus, Allah Très-Haut a déclaré dans le glorieux Coran: "Nous l'avons envoyé (Muhammad) comme source de miséricorde pour les A'alimeen." Non seulement Rasulullah (ﷺ) a été une source de nombreuses bénédictions après avoir reçu la tâche de prophétie, mais depuis sa naissance jusqu'à sa mort et jusqu'au jour du jugement, des milliards de personnes ont et continueront de bénéficier de ses bénédictions. Un exemple clair de cela est quand Halimah, la fille d'Abu Dhu'ayb qui était accompagnée de son mari Harith et d'un fils nouveau-né, a décidé d'entreprendre un voyage d'un petit village situé au sud-est de La Mecque jusqu'à la ville actuelle de Meccah Mukarramah. C'était pour acquérir un nourrisson. Elle raconte: «C'était une année de sécheresse et il ne nous restait plus rien. Je suis parti sur une chamelle grise à moi, et nous avions une vieille chamelle avec nous qui ne pouvait même pas donner une goutte de lait. Nous avons été réveillés toute la nuit par notre fils qui pleurait à cause de la faim, car je n'avais pas assez dans ma poitrine pour le nourrir; et que son chameau était si faible et émacié, je fais souvent attendre les autres (tribu de Bani Sa’d Ibn Bakr). »

Une fois que tout le monde a commencé à chercher des nourrissons, la mère de Rasulullah (ﷺ) Aamina a offert son fils d'abord à l'un puis à l'autre jusqu'à ce qu'elle les ait finalement tous essayés et qu'ils aient tous refusé. "Cela", a déclaré Halimah, "parce que nous espérions une compensation du père de l'enfant." «Un orphelin», nous avons dit, «que sa mère et son grand-père pourront-ils faire pour nous?» Non pas qu'ils auraient voulu un paiement direct pour leur service, car il était considéré comme déshonorant pour une femme de prendre des frais pour allaiter un enfant. La récompense qu'ils espéraient, quoique moins directe, était d'une portée beaucoup plus large. Par exemple, créer des liens et des liens avec des gens de la ville.

D'un autre côté, bien que les parents d'accueil ne soient pas censés être riches, ils ne doivent pas être trop pauvres, et il était évident que Halimah et son mari étaient plus pauvres que tout autre de leurs compagnons. Chaque fois que le choix se situait entre elle et l'autre, l'autre était préférée et choisie; et il n’a pas fallu longtemps avant que toutes les femmes Bani Sa’d, sauf Halimah, se voient confier un bébé. Seule l'infirmière la plus pauvre était sans nourrisson; et seuls les nourrissons les plus pauvres étaient sans infirmière.

"Quand nous avons décidé de quitter La Mecque", a déclaré Halimah, "j'ai dit à mon mari:" Je déteste retourner en compagnie de mes amis sans avoir pris un bébé à téter. J'irai chez cet orphelin et je l'emmènerai. "" Comme vous voulez ", at-il dit. «Il se peut que Dieu nous bénisse par lui.» Alors, je suis retourné le prendre, sans raison, sauf que je ne pouvais trouver d'autre bébé que lui. Je l'ai ramené à l'endroit où nos montures étaient stationnées, et à peine l'ai-je mis dans mon sein, mes seins débordant de lait. Il a bu à sa faim, et avec lui son frère adoptif a bu de la même manière. Puis ils dormirent tous les deux; et mon mari est allé à notre vieille chamelle, la nôtre, et étonnamment ses mamelles étaient pleines. Il l'a traite et a bu de son lait et j'ai bu avec lui jusqu'à ce que nous ne puissions plus boire et que notre faim ait été satisfaite.

Nous avons passé le meilleur des nuits, et le matin, mon mari m'a dit: «par Dieu, Halimah, c'est une créature bénie que tu as prise.» «C'est bien mon espoir», ai-je dit. Puis nous sommes partis et j'ai monté mon chameau et je l'ai porté avec moi sur son dos. Elle a dépassé toute la troupe, et aucun de leurs chameaux ne pouvait suivre son rythme. «Wow!» Ils m'ont dit: «Attends-nous! N'est-ce pas le même chameau que vous êtes venu? "" Oui, par Dieu ", j'ai dit:" Elle est la même. "" Une chose étonnante lui est arrivée ", ont-ils dit.

Nous avons atteint nos tentes dans le Bani Sa’d, et je ne connais aucun endroit sur la Terre de Dieu plus stérile que cela. Mais après l'avoir amené vivre avec nous, mon troupeau reviendrait chez moi et serait plein de lait. Nous les traitions et buvions et quand d'autres n'avaient pas de lait; nos voisins diraient à leurs bergers. «Allez faire paître vos troupeaux là où il a fait paître le sien», c'est-à-dire mon berger. Mais leurs troupeaux rentraient à la maison affamés, ne produisant pas de lait, tandis que les miens étaient bien nourris, avec beaucoup de lait; et nous avons cessé de ne pas profiter de cette augmentation et de cette générosité de Dieu jusqu'à ce que les deux ans du bébé se soient écoulés. "

Pendant les jours pré-islamiques d'Arabie, tout le monde, y compris les Romains et les Perses, était au milieu de l'ignorance et des ténèbres. Ils faisaient partie des personnes les plus civilisées que le monde ait vues. Non seulement ils se sont livrés à des maux et des vices tels que l'adultère, la fornication, l'inceste, le viol, le vol et le meurtre, mais ils sont allés jusqu'à enterrer leurs petites filles vivantes! Allah le Très-Haut a déclaré dans le Saint Coran: «Et lorsque la nouvelle de la naissance d'une fille est portée à la connaissance de l'un d'entre eux, son visage devient sombre et il est rempli de chagrin intérieur! Il se cache du peuple à cause du mal dont il a été informé. La gardera-t-elle avec déshonneur ou l'enterrera-t-elle dans la Terre? Certes, leurs décisions sont mauvaises. » (Sourate 16. An-Nahl: versets 58-59)

Néanmoins, le Saint Prophète (ﷺ) a été envoyé dans ce monde à la lumière du monothéisme, éradiquant toutes les coutumes, rituels, pratiques et croyances ignorants et non civilisés. Allah le Très-Haut a déclaré dans le glorieux Coran «En effet Allah a accordé une grande faveur aux croyants quand il a envoyé parmi eux un Messager (Muhammad ﷺ) parmi eux, leur récitant Ses versets, (Le Coran) et les purifiant, (de péchés en le suivant) et en les instruisant (dans) le Livre (Coran) et Al-Hikmah, (la sagesse et la Sunna du Prophète ﷺ) avant qu'ils aient été dans une erreur manifeste »(Sourate 3. Al-Imran : Verset 164).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *