Catégories
Savoir et islam

Annyeonghaseyo – Salutations de paix

Annyeonghaseyo - Salutations de paix

Une jeune fille pressa son front contre la vitre de la camionnette de sa mère, un cahier usé posé sur ses genoux. Arbre. «Namu», griffonna-t-elle. La jeune fille faisait tourbillonner chaque mot coréen le long de sa langue jusqu'à ce qu'il ait le même goût reconnaissable de l'arabe – sa langue familiale. Ancienne d'Al Huda, Tasneem Mansour a remodelé sa bouche pour s'adapter aux «oohs» et «ahhs» inconnus du coréen.

«La toute première chose qui a attiré mon attention a été la salutation coréenne,‘ Annyeonghaseyo. ’Cela signifie littéralement:‘ Faites-vous la paix? ’Et cela m’a rappelé comment, en tant que musulmans, nous disons:‘Assalamu 'alaikum. »

C’est un peu la toute première chose qui m’a donné envie d’apprendre davantage le coréen », a déclaré Mansour. L'attrait des drames coréens a niché Mansour dans son étreinte, la téléportant dans les royaumes fantastiques de l'histoire et de la tragédie, et nourrissant une passion bouillonnante qui n'a pas encore abouti.

«Au fur et à mesure que j'ai commencé à en apprendre davantage sur la culture coréenne, j'ai trouvé plus de similitudes entre la culture coréenne et l'islam», a-t-elle poursuivi. À chaque comparaison, l’attrait de Mansour pour le pays et sa langue s’est gonflé.

Les devoirs de Mansour au lycée aboutissaient souvent à la récompense d’une leçon de coréen autodidacte. Après avoir parcouru les entrailles de la résidence Mansour, elle s'est baignée dans le relief des sites d'étude de la langue et de son stylo et papier de confiance. «J'ai étudié dans ma chambre, mon salon, partout où je pouvais trouver. Quand j'étudiais, je pratiquais des points de grammaire, j'essayais de créer des phrases d'exemple, j'utilisais des applications d'apprentissage des langues comme Memrise, et lorsque je pratiquais, il y avait des moments aléatoires dans la journée où j'écrivais simplement des mots en coréen par dessus la tête. m'a dit. Sa nouvelle langue scintillait contre son programme d'arabe, d'anglais et de gouvernement, et elle aspirait à intégrer sa nouvelle passion dans sa carrière universitaire imminente.

«La toute première chose qui a attiré mon attention a été la salutation coréenne,‘ Annyeonghaseyo. ’Cela signifie littéralement:‘ Faites-vous la paix? ’Et cela m’a rappelé comment, en tant que musulmans, nous disons:‘Assalamu 'alaikum. »

«Je dirais que lorsque j'ai décidé pour la première fois d'étudier le coréen [à l'université], je n'avais pas de plan précis quant à ce que je ferais de mon diplôme, mais je savais que j'aimais l'apprendre. Vers ma première année [à l'université], j'ai réalisé que je devais avoir quelque chose en tête. À ce moment-là, la seule chose que je savais, c'était que j'aimais apprendre le coréen et que je voulais apporter quelque chose de bénéfique pour les musulmans, que ce soit dans la communauté immédiate ou ailleurs », a déclaré Mansour. Son cours en tant qu'étudiante d'Al Huda a intégré Mansour dans une communauté de visages familiers et de relations cultivées qui ont rapidement ressemblé au confort et à la familiarité d'une famille élargie.

«Alhamdulillah, je dirais qu'être entouré de musulmans en général met les choses en perspective pour moi. Il y a des musulmans dans le monde qui n’ont pas la bénédiction d’être entourés d’autres musulmans qui comprennent leurs besoins ou leurs croyances. En ce qui concerne mon cheminement de carrière prometteur, inshaallah, je voulais utiliser ma connaissance des échanges culturels et mon expérience en tant que musulman pour aider d'autres musulmans à renforcer leur relation avec l'islam, la bi'ithnillah », a-t-elle poursuivi.

Malgré son emploi du temps chargé, Mansour s'efforce de maintenir son lien avec la communauté Al Huda. «À tout le moins, je fais de mon mieux pour rendre visite à Al-Huda tous les quelques mois pour retrouver mes anciens professeurs. Je fais également partie de l'association des anciens et alhamdulillah, nous avons organisé quelques événements pour les anciens », a-t-elle déclaré.

Étudiant à l'UMBC, Mansour étudie les langues modernes, la linguistique et la communication interculturelle avec une piste en langue et culture coréennes et une mineure en arabe. Son enchantement pour la Corée et ses parallèles avec l'islam l'a amenée à rédiger et à défendre une thèse de grande distinction sur les perceptions mutuelles entre musulmans et coréens en Corée. «Insha'allah, j'espère aller un jour en Corée du Sud pour enseigner l'arabe à la communauté musulmane là-bas.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *